Un brassard polmique, le premier doubl du mondial… La Coupe du monde au jour le jour


96
19 shares, 96 points

Le Journal du dimanche

Le coin des Bleus

Lundi midi à Doha, à 10 heures en France, Didier Deschamps et Hugo Lloris vont découvrir l’immense centre des médias, qui s’est installé au Qatar National Convention Center, un bâtiment de 2011 qui en impose par sa démesure (9 halls, 40 000 mètres carrés d’espace d’exposition, un théâtre de 2 300 places, une salle de conférence de 4 000 places…) et son architecture, œuvre du Japonais Arata Isozaki (sur la façade, deux arbres entrelacés semblent soutenir la canopée). Toutes les conférences de veille de match de toutes les sections ont lieu ici et non dans le stade où se tient la rencontre comme lors des précédents tournois. L’avantage de l’unité de lieu.

Publicité

Lire aussi - Football : Adil Rami partage avis et anecdotes sur ses partenaires sacrés il y a quatre ans

La suite après cette publicité

Dimanche, au lendemain du forfait de Karim Benzema, victime d’une déchirure musculaire à la cuisse, Deschamps et son staff ont décidé de ne pas appeler un attaquant en renfort. C’est donc à 25 que les Bleus vont partir à l’assaut d’une troisième étoile. Rendez-vous mardi contre l’Australie, le même adversaire en ouverture qu’en 2018.

La suite après cette publicité

La polémique du jour

Pour la première fois, le brassard One Love (un cœur multicolore en soutien au LBGT+ et autres personnes victimes de discriminations au Qatar) devrait être porté ce lundi. Le capitaine anglais Harry Kane a annoncé qu’il ne renonçait pas à cette initiative, à l’inverse de son coéquipier à Tottenham, Hugo Lloris. Le capitaine des Bleus a fait un pas en arrière par « respect » pour le pays hôte, mais surtout pour ne pas trop contrarier son président Noël Le Graët, membre du conseil de la Fifa, et soucieux de ne pas faire de vagues – la Fifa n’avait pas beaucoup aimé le voyage d’une délégation de la FFF à Doha avant le Mondial pour vérifier si les prestataires de l’hôtel des Bleus se conformaient au droit du travail.

Les Pays-Bas font aussi partie des sélections engagées et devrait tenir leurs engagements lundi face au Sénégal. Le sélectionneur Louis van Gaal a néanmoins éludé le sujet en déclarant qu’il ne parlerait plus des problématiques politiques. Interrogé samedi pour savoir si les fédérations dont les capitaines contreviendraient aux recommandations de la Fifa seraient sanctionnées financièrement, Gianni Infantino avait répondu à côté. Mais c’est la tendance. Pour contre-carrer cette initiative, pourtant minimaliste en termes d’engagement, l’instance qui gouverne la planète football a fait fabriquer des brassards avec des messages en faveur de grandes causes universelles, dont les LBGT+ ne font donc pas partie…

La suite après cette publicité

La suite après cette publicité

Le programme de lundi

Angleterre-Iran (14 heures, BeIN Sports)

Sénégal-Pays-Bas (17 heures, BeIN Sports)

Etats-Unis-Pays de Galles (20 heures, TF1 et BeIN Sports)

Ça valait le détour

Il y a des joueurs qu’on ne regarde qu’une fois tous les quatre ans. Enner Valencia est l’un d’eux. S’il évolue dans un grand club turc, Fenerbahçe, le capitaine de l’Equateur est un renard des phases finales. Trois fois buteur en 2014, le capitaine a marqué les deux premiers buts du Mondial, en ouverture contre le Qatar (2-0). Avec ce doublé, « il a écrit l’histoire », estime son équipier Romario Ibarra.

Lire aussi - Mondial 2022 : le Qatar s’incline contre l’Équateur 2-0 pour le premier match de la compétition

La soirée de Valencia aurait été encore meilleure si son premier but, dès la 3e minute, n’avait pas été refusé pour hors-jeu après appel à la VAR. Et s’il n’était pas sorti du terrain en boîtant. Ultime péripétie qu’auront manqué nombre de supporters …

Advertisements

Like it? Share with your friends!

96
19 shares, 96 points

What's Your Reaction?

hate hate
15
hate
confused confused
8
confused
fail fail
3
fail
fun fun
1
fun
geeky geeky
16
geeky
love love
11
love
lol lol
13
lol
omg omg
8
omg
win win
3
win