Le karit atteint des prix jamais vus en en dix ans


60
15 shares, 60 points

RFI

« Un pic surprenant et brutal des prix » : c’est avec ces mots que les experts, eux-mêmes surpris, décrivent le marché du karité. Ce qui était un très bon prix ces dix dernières années est aujourd’hui presque un prix minimum. 

Publicité

Un kilo d’amandes de karité dépassait rarement les 200 francs CFA, alors qu’aujourd’hui, le kilo s’échange au minimum à 250 francs CFA chez tous les gros producteurs d’Afrique de l’Ouest, et même à 300 francs CFA au Burkina Faso, au Mali et au Bénin.

Une aubaine pour les producteurs. D’autant que la récolte est manuelle et que la culture n’est pas frappée par une augmentation des coûts de production comme tant d’autres.

Des industriels pris au dépourvu

« Le premier facteur de hausse est la demande soutenue chez les grands industriels exportateurs, notamment l’américain Bunge, et le danois AAK, mais aussi chez les transformateurs locaux », explique Pierre Ricau, analyste en chef du service d’informations sur les marchés agricoles N’kalô. Une demande qui se heurte à une production inférieure aux attentes. Les opérateurs n’avaient pas anticipé une baisse de la récolte et ont été pris au dépourvu, d’autant que ces derniers mois, ils ont peu stocké, voire pioché dans leurs réserves.

L’autre facteur qui a accéléré l’augmentation des prix est lié à la disponibilité des amandes sur les marchés. Avec la fin de la saison des pluies, les vendeuses d’amandes de karité se concentrent sur les récoltes annuelles d’arachides et des céréales, et laissent leur stock d’amandes récoltées avant l’été à domicile. Ceci alimente un peu plus l’impression de manque.

La Guinée, un cas à part

La Guinée fait exception dans ce paysage de prix en augmentation. Le pays est éloigné géographiquement des deux principales zones de commercialisation que sont le Ghana et le Burkina Faso, et n’abrite pas sur son territoire d’usine de transformation industrielle. La pression sur l’offre guinéenne est donc moindre et les prix plus bas que dans les pays voisins.

Si les prix en Guinée ont une marge de progression, à l’échelle régionale, « il n’est pas impossible que les prix retombent légèrement d’ici à quelques semaines » selon le service N’kalô. Notamment, parce que « beaucoup de commerçants qui détiennent des stocks de karité et spéculent à la hausse vont commencer à vendre une fois que la hausse des prix aura pris fin », ce qui fera augmenter l’offre sur le marché.

Advertisements

Like it? Share with your friends!

60
15 shares, 60 points

What's Your Reaction?

hate hate
11
hate
confused confused
5
confused
fail fail
16
fail
fun fun
15
fun
geeky geeky
13
geeky
love love
8
love
lol lol
10
lol
omg omg
5
omg
win win
16
win