Coupe du monde 2022 : en ouverture de son Mondial, le Qatar se place au cur du jeu, sauf sur le terrain


115
21 shares, 115 points

Le Monde

Pendant la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde de football, à Al-Khor, au Qatar, le 20 novembre 2022. Pendant la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde de football, à Al-Khor, au Qatar, le 20 novembre 2022. Pendant la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde de football, à Al-Khor, au Qatar, le 20 novembre 2022.

HASSAN AMMAR / AP

Une torche dans la nuit, éclairant le désert, et guidant vers les entrailles d’une gigantesque tente bédouine. Un spectacle son et lumière magnifiant la culture du pays, et l’intégrant pleinement dans le monde. Et un match de football d’un niveau décevant, achevé devant moult sièges déserts. Dimanche 20 novembre, après douze ans d’attente et des mois de polémiques, le Qatar a officiellement ouvert la Coupe du monde qu’il organise. Novice dans la compétition, le pays s’est logiquement incliné face à l’Equateur (0-2).

C’est à Al-Khor, une cinquantaine de kilomètres au nord de Doha, que le Qatar a lancé en grande pompe « son » Mondial. Et multiplié les symboles, dans cette ville d’origine de la Cheikha Moza Bint Nasser, mère de l’actuel émir et ambassadrice de luxe de l’émirat sur la scène internationale – elle était aux côtés de son époux lors de l’attribution du Mondial au Qatar, en 2010.

Dans un stade inspiré d’une tente bédouine – et littéralement nommé Al-Bayt, la maison –, l’émirat gazier a mis l’accent sur son désir d’hospitalité. « Les gens viendront ici, au Qatar, depuis le monde entier, quelles que soient leur race, leur nationalité, leur religion ou leur orientation », a énoncé le Cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, souhaitant « la bienvenue au monde dans la Doha de tous ». Couronnement de la stratégie de soft power de la famille régnante du petit Etat du Golfe, le lancement du Mondial devait être à la hauteur de ses ambitions.

Lire aussi :

Article réservé à nos abonnés

Coupe du monde 2022 : le couronnement du soft power de la dynastie Al Thani

Le récit du Qatar tel qu’il veut qu’on le voie

Et qui mieux que Morgan Freeman pour prêter son corps à cette grande opération séduction ? En 2010, l’acteur américain était la voix de la candidature des Etats-Unis pour obtenir la Coupe du monde 2022 – perdue face au Qatar. Dimanche, il a narré le Qatar tel que l’émirat veut qu’on le voie. Un pays où la culture globalisée – incarnée par la star mondiale de la K-Pop, Jung Kook, l’une des têtes du groupe BTS – s’imbrique avec la musique traditionnelle. Un pays dont le Mondial, si décrié soit-il, s’insc…

Advertisements

Like it? Share with your friends!

115
21 shares, 115 points

What's Your Reaction?

hate hate
10
hate
confused confused
3
confused
fail fail
15
fail
fun fun
13
fun
geeky geeky
11
geeky
love love
6
love
lol lol
8
lol
omg omg
3
omg
win win
15
win