3,1 milliards d’euros: la dette colossale de FTX ses 50 plus gros cranciers


86
18 shares, 86 points

La Tribune

On savait FTX en faillite depuis que le groupe a annoncé son dépôt de bilan le 11 novembre dernier. On connait désormais le montant de ses créances, du moins les plus importantes. Les sommes dues par la plateforme d’échanges de cryptomonnaies à ses 50 plus gros créanciers vont ainsi de 21 à 226 millions de dollars, selon un document judiciaire consulté ce dimanche par l’AFP. Leurs noms ne sont par contre pas dévoilés.

Fondée en 2019 par Sam Bankman-Fried, FTX était rapidement devenue l’une des plus grosses plateformes du secteur et était considérée comme l’une des plus fiables. Mais elle s’est effondrée début novembre en quelques jours après des rumeurs sur la fragilité de sa santé financière. L’entreprise n’a rapidement plus été en mesure début novembre de reverser à ses clients l’argent qu’ils y avaient déposé.

Dans la foulée de l’annonce de la faillite, le patron-fondateur a démissionné. Il a depuis été remplacé par John Ray III, qui a notamment supervisé au début des années 2000 la faillite de l’ancien géant énergétique américain Enron. Dans le document judiciaire, le nouveau dirigeant précise d’ailleurs que la liste des 50 plus gros créanciers et des sommes dues pourrait évoluer en fonction des informations qu’il parvient à récupérer dans le cadre d’une revue stratégique des actifs du groupe et de ses nombreuses filiales, lancée ce week-end.

Lire aussiCryptos : les premiers éléments qui expliquent la faillite de FTX

Ménage de printemps chez FTX

John Ray III veut en effet y voir plus clair dans son groupe et ses filiales. Cette revue stratégie a pour but de décider quoi vendre ou réorganiser. « L’une de nos priorités dans les semaines à venir sera d’explorer la possibilité de vendre, de recapitaliser ou d’engager d’autres transactions pour les filiales, et d’autres que nous identifierons potentiellement au fur et à mesure que nos travaux se poursuivront », a-t-il écrit dans un communiqué.

Le nouveau patron n’a pas été tendre avec son prédécesseur. La semaine dernière, il a fustigé sa gestion calamiteuse, estimant n’avoir « jamais vu [dans ma carrière] un échec aussi complet des mécanismes de contrôle d’une entreprise et une absence aussi flagrante d’informations financières fiables ». Il est toutefois apparu optimiste ce week-end dans son communiqué. « Sur la base de ce que nous avons observé depuis la semaine dernière, nous sommes ravis d’apprendre que de nombreuses filiales réglementées ou agréées de FTX, aux États-Unis et en dehors des États-Unis, ont des bilans comptables solvables, une gestion responsable et des franchises précieuses », fait-il savoir.

Lire aussiBitcoin : après la faillite de FTX, les cours ne devraient pas remonter avant longtemps

John Ray III appelle par ailleurs les salariés, les fournisseurs, les clients, les régulateurs et les gouvernements, à être « patients » avec l’entreprise le temps que la restructuration soit mise en place.

Une première audience devant un juge des faillites de l’État du Delaware doit avoir lieu demain, mardi 22 novembre. FTX a notamment demandé la permission de mettre en place un nouveau système de gestion du cash et de payer certains fournisseurs dont les services sont essentiels pour le bon fonctionnement de la plateforme.

Lire aussiFaillite de FTX : ce que proposent les plateformes de cryptos pour rassurer leurs clients

Effet domino chez les crypto

Plusieurs plateformes de cryptomonnaies ont dû suspendre certains retraits ces derniers jours, victimes de la faillite de FTX. Dernier en date : le français Coinhouse qui a confirmé jeudi dernier à l’AFP avoir bloqué les sorties sur son livret crypto, présenté comme un produit d’épargne en cryptomonnaies. Dans une série de tweets, la plateforme a expliqué que certains sites partenaires à qui elle avait prêté des fonds avaient eux-mêmes interrompu les retraits pour leurs clients.

Un effet domino traverse ainsi le secteur, car parmi les partenaires de Coinhouse figurait notamment Genesis. Ce dernier avait confié des cryptomonnaies à Alameda, sorte de bras spéculatif de FTX. Coinhouse a évoqué « des tensions globales sur le marché crypto et une pression sur les liquidités ».

Même son de cloche du côté de Gemini, le vaisseau amiral des frères Winklevoss. Le groupe, également piégé par la défaillance de Genesis, a dû geler son programme Gemini Earn, qui permet, lui aussi, de placer ses cryptomonnaies, prêtées ensuite à d’autres contre rémunération. Selon le site CoinDesk, avant de fermer le robinet, Gemini avait enregistré, en 24 heures seulement, près de 600 millions de dollars de retraits contre moins de 100 millions de dépôts, un grave déséquilibre dû à la nervosité des utilisateurs, qui redoutent la contagion.

Quant à BlockFi, autre acteur de poids, il a lui figé l’ensemble de sa plateforme, qui gérait, fin juin, environ 3,9 milliards de dollars, répartis sur plus de 650.000 comptes.

Lire aussi Read more – La Tribune

Advertisements

Like it? Share with your friends!

86
18 shares, 86 points

What's Your Reaction?

hate hate
10
hate
confused confused
3
confused
fail fail
15
fail
fun fun
13
fun
geeky geeky
11
geeky
love love
6
love
lol lol
8
lol
omg omg
3
omg
win win
15
win